Accueil SISTEPACA > Conduite à tenir par maladies / Surdité

Surdité Mise à jour le 27 novembre 2013
Mise en ligne le 23 Mai 2006

Conduite à tenir devant une surdité d’origine professionnelle

En 2003, près d’un tiers des salariés sont exposés à des nuisances sonores, d’après une enquête nationale sur les expositions professionnelles (enquête SUMER). Les salariés intérimaires sont parmi les plus exposés et peuvent échapper à la surveillance des médecins du travail.

1. Surdités d’origine professionnelle

Distinguer la surdité brutale liée à un accident du travail et la surdité liée à une exposition chronique au bruit (maladie professionnelle).

1.1 L’accident du travail (surdité post traumatique)

La surdité est brutale, consécutive à un traumatisme sonore (barotraumatisme, éclatement ou explosion (phénomène de blast)).

  • Constater la baisse auditive ;
  • Réaliser une otoscopie ;
  • Initier un traitement médical en urgence comportant des corticoïdes per os en cure courte (1 à 2 mg/kg/jour pendant moins de 10 jours) éventuellement associés à des antibiotiques ;
  • Adresser votre patient en urgence chez un ORL pour bilan auditif ;
  • Établir un certificat médical initial d’accident du travail.

1.2 La surdité professionnelle liée aux bruits lésionnels répétés

Penser à une maladie professionnelle devant tout patient ayant une gêne auditive dans le bruit. Toute personne se plaignant d'acouphènes ou de sifflements doit bénéficier d'un examen par un ORL et d'un bilan audiométrique. D'installation insidieuse, la surdité évolue classiquement en 1 phase d'accoutumance et 4 stades successifs. Un repérage médical précoce est nécessaire, car le déficit auditif initial n'est pas perçu par le patient. Quand la surdité est installée, elle est irréversible ; le déficit atteint toutes les fréquences avec une prédominance dans les fréquences aigues.

2. Principales situations de travail exposant aux bruits lésionnels

Pensez à poser des questions telles que :

  • Effectuez-vous des tâches qui génèrent du bruit ?
  • Travaillez-vous dans une ambiance bruyante ?
  • Êtes-vous obligé d’élever la voix pour vous faire entendre par un collègue qui travaille juste à côté de vous ?
  • Est-ce que vous portez des protections auditives ? (obligatoires pour les bruits ≥ 90 dB, limite devant être abaissée à 85 dB avec la ratification prochaine de la directive européenne)
Devant des symptômes nouvellement apparus ou aggravés, rechercher une exposition professionnelle en interrogeant le patient sur les métiers exercés :

Principales activités et situations de travail
(se référer aux tableaux)
Système de reconnaissance
  • Métallurgie, sidérurgie et transformation des métaux
  • Industrie du bois et du papier
  • Construction, B.T.P.
  • Industrie des produits minéraux (verrerie, pierre…)
  • Industrie des équipements mécaniques
  • Construction navale
  • Aéronautique
  • Construction ferroviaire
  • Industrie automobile
  • Industrie textile, habillement, cuir....
  • Editions, imprimerie
  • Industries agricoles et alimentaires
  • Industrie du plastique et du caoutchouc
  • Maintenance sur sites pétrochimiques
  • Utilisation de munitions / d’explosifs
  • Travaux forestiers
  • Manutention de récipients métalliques
TRG 42

TRA 46

Autres situations où les conditions de la liste ne sont pas remplies : musiciens professionnels…

CRRMP

TRG : Tableau de maladie professionnelle du Régime Général
TRA : Tableau de maladie professionnelle du Régime Agricole
CRRMP : Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles, à saisir lorsque la nuisance n'est pas inscrite au tableau

Les tableaux n° 42 et n° 46 ne font pas référence à des niveaux quantifiés d’exposition aux bruits, il suffit que le métier soit répertorié dans la liste limitative figurant dans ces tableaux. Si le métier n’est pas listé, il pourrait quand même être assimilé à une des activités de la liste.



3. Autres causes de surdité professionnelle

La surdité professionnelle est le plus souvent induite par des bruits lésionnels, mais peut être également provoquée ou aggravée par :

Certains médicaments (aminosides, diurétiques, acide acétylsalycilique) peuvent aggraver une surdité (atteinte cochléo-vestibulaire). Il faut être vigilant lors de la prise d’un de ces médicaments lors de la reprise du travail exposé au bruit.

4. Diagnostic

Confirmer la surdité, préciser sa sévérité, évoquer l’origine professionnelle en collaboration avec l’ORL et le médecin du travail ; demander à votre patient s’il a déjà fait des audiogrammes en médecine du travail.

4.1 Clinique

Signes auditifs : au début, fatigue auditive associant acouphènes, céphalées et vertiges, puis gêne de l'intelligibilité de la voix chuchotée.
Question à poser en Provence : entendez-vous toujours les cigales en été ? (fréquences aiguës)

Votre attention peut être attirée par des signes fonctionnels non spécifiques extra-auditifs tels que :

  • Effets neuropsychiques et cognitifs :
    • céphalées, irritabilité, anxiété, troubles de l'humeur, troubles de la concentration, de la mémoire, altération des fonctions cognitives, diminution de la vigilance, troubles du comportement, baisse de l'adaptation aux tâches à exécution rapide.
    • perturbation du sommeil : diminution du sommeil paradoxal, réveils nocturnes.

  • Effets cardiovasculaires : modification du rythme cardiaque, augmentation de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle diastolique, de la fréquence respiratoire, vasoconstriction.

  • Effets digestifs : troubles peu spécifiques de type dyspepsique, hypersécrétion gastrique.

  • Effets visuels : vision nocturne perturbée, difficulté pour apprécier la profondeur, les contrastes, dilatation pupillaire...

  • Effets hormonaux : élévations des corticoïdes, des catécholamines, tendance à l'hypoglycémie.


4.2 Examen paraclinique

Adresser le patient à un ORL pour réaliser un bilan auditif comprenant une audiométrie tonale liminaire, une audiométrie vocale et une impédancemétrie, à partir du 4ème jour d’arrêt d’exposition au bruit lésionnel.



— Fatigue auditive
— Évolution de la surdité professionnelle

Phase d’accoutumance

L'audiogramme pratiqué en fin de journée peut déjà montrer un scotome réversible sur la fréquence 4000 Hz.


Stade I ou stade de surdité latente

Le déficit auditif se caractérise par un scotome irréversible sur la fréquence des 4000 Hz dépassant 30 dB.

Stade II ou stade de surdité débutante

Le scotome est étendu aux fréquences voisines (2000 à 6000 Hz) et dépasse 30 dB.

Stade III ou stade de surdité confirmée

La perte auditive s’étend vers les fréquences 1000-8000 Hz et dépasse 30 dB.

Stade IV ou stade de surdité sévère

Le déficit atteint toutes les fréquences, y compris le 500 Hz ( ≥ 30 dB), avec une extension prédominante sur les fréquences aiguës.


4.3 Les caractères de la surdité professionnelle

  • Elle débute par un scotome auditif aux 4000 Hz ;
  • C'est une surdité de perception bilatérale et symétrique, avec atteinte endocochléaire donc irréversible.

Pour être indemnisée, la perte auditive doit être supérieure ou égale à 35 dB sur la meilleure oreille selon la formule ci-dessous :

4.4 Calcul du déficit auditif

Pour les salariés du régime général et du régime agricole, le déficit audiométrique moyen (Dm) est la moyenne des déficits mesurés sur les fréquences 500, 1000, 2000 et 4000 Hz.

Dm = déficit (500) + déficit (1000) + déficit (2000) + déficit (4000) 35 dB
4


4.5 Diagnostic différentiel

Ce sont les causes de surdité non professionnelle.


5. Prévention

Il est souhaitable d‘alerter le médecin du travail devant des anomalies auditives même débutantes, d’origine professionnelle, pour déclencher les actions de prévention nécessaires.

Pour éviter l’aggravation des symptômes du patient, il faut lui expliquer l’intérêt du port de protections auditives individuelles, même pour les activités bruyantes extra-professionnelles.



6. Traitement et réparation

6.1 Traitement

Il n’existe pas de traitement à proprement parler mais seulement des moyens de réhabilitation auditive par l’intermédiaire des prothèses auditives.

Prothèses auditives : si le patient est reconnu travailleur handicapé, une aide financière par l’AGEFIPH est possible dans le cadre du maintien ou du retour dans l’emploi.

6.2 Réparation

Les atteintes auditives d'une certaine gravité sont réparées dans le tableau n°42 du régime général et dans le tableau n°46 du régime agricole. La liste des travaux mentionnée dans les tableaux est limitative.

Pour les patients changeant d’entreprise et pour les patients retraités, la surdité doit être diagnostiquée dans l’année suivant le changement ou l’arrêt d’activité.

Aucune aggravation de cette surdité professionnelle ne peut être prise en compte, sauf en cas de nouvelle exposition au bruit lésionnel.

Pour la rédaction du certificat médical initial, reprendre si possible la désignation de la maladie dans le tableau.

7. En savoir plus sur les surdités professionnelles

Consulter la cartographie des surdités professionnelles extraite du tableau de bord Santé-Travail 2010.


Remerciements au Dr Gwenaëlle IARMARCOVAI, interne en médecine et santé au travail, pour sa participation à l’élaboration de cette fiche.
Remerciements au Pr Jean-Marc THOMASSIN, au Dr Stéphane ROMAN pour leur aimable contribution et leurs mises à jour.

Cette fiche est inspirée du document sur les effets du bruit sur l’organisme humain, édité par l’Université Virtuelle de Médecine du Travail, après autorisation. Pour en savoir plus : http://www.uvmt.org/sections.php?op=printpage&artid=567




© 2004 SISTEPACA - Crédits - Mentions légales