Accueil SISTEPACA > Conduite à tenir par maladies / Tumeurs, cancers > Voies urinaires

Tumeurs, cancers / Voies urinaires
Mise à jour le 4 juin 2014
Mise en ligne mai 2005
Bronches-Poumon
Cerveau (glioblastome)
Foie
Leucémies
ORL : Ethmoïde (fosses nasales, sinus de la face)
ORL : Larynx
ORL : Nasopharynx
Peau
Plèvre, péritoine, péricarde (mésothéliome)
Voies urinaires


Conduite à tenir devant une tumeur des voies urinaires d'origine professionnelle ou devant un patient à risque

Selon les estimations réalisées à partir de la littérature internationale, il existe une sous-déclaration des cancers des voies urinaires liés à une activité professionnelle.
Afin d'améliorer la prévention dans ce domaine, votre participation est indispensable.

 

1. Repérer une origine professionnelle

1.1 Demandez au patient si un document signalant une ou plusieurs expositions à des risques professionnels lui a été remis (attestation d’exposition ou fiche de prévention des expositions) ;

1.2 Posez des questions sur les métiers exercés par votre patient, recherchez notamment une des situations à risque listées ci-dessous :

Principales situations de travail pouvant être concernées Principaux risques à rechercher Système de réparation
  • • Synthèse / préparation / utilisation de colorants, fabrication d'élastomères (liste limitative de produits)
  • • Industrie du caoutchouc
  • Exposition à certaines amines aromatiques (voir tableau)
  • • Travaux en cokerie (marche ou entretien des fours)
  • • Travaux de fabrication de l’aluminium selon le procédé Söderberg
  • • Application de bitume avant 1985
  • • Travaux de ramonage et d'entretien des chaudières et foyers à charbon
  • Manipulation de goudrons, suies, dérivés de combustion du charbon, brais de houille = produits contenant des hydrocarbures aromatiques polycycliques "HAP"
  • • Travaux de récupération et traitement des goudrons exposant aux suies de combustion du charbon.
  TRA 35 bis
  • • Métiers agricoles concernés, notamment par les traitements anticryptogamiques de la vigne
  • • Usinage de bois traités à partir d’arsenic ou de ses composés minéraux
  • Manipulation ou emploi d’arsenic ou de ses composés minéraux
  • • Manipulation de / exposition à des huiles usagées (huiles portées à haute température)
  • • Travaux exposant aux gaz émis par les moteurs diesel
  • Produits de combustion comportant des hydrocarbures aromatiques polycycliques "HAP"
  • Inhalation de particules diesel
  • CRRMP

TRG : Tableau de maladie professionnelle du Régime Général
TRA : Tableau de maladie professionnelle du Régime Agricole
CRRMP : Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles, saisi lorsque toutes les conditions du tableau ne sont pas remplies.

Cette liste est reproduite ou inspirée de la brochure sur les cancers d'origine professionnelle éditée par la Ligue contre le cancer, après autorisation.
Pour en savoir plus :
http://www.ligue-cancer.net/files/national/article/documents/bro/cancers-profesionnels.pdf

1.3 Pensez également aux principaux facteurs extra-professionnels associés :

  • Consommation de tabac
  • Consommation de cannabis

2. Déclarer en maladie professionnelle

Si une situation à risque est repérée, proposez à votre patient de déclarer la maladie qui peut être d’origine professionnelle :

  • Vous pouvez conforter votre hypothèse en adressant votre patient :
    - à son médecin du travail (si le patient est toujours en activité) ;
    OU
    - à la consultation de pathologie professionnelle.
  • Proposez à votre patient de déclarer sa maladie qui peut être d’origine
    professionnelle : l’organisme de sécurité sociale se chargera de l’enquête (Comment déclarer).
  • Contactez le SISTEPACA pour toute question.

3. Consolider un cancer reconnu professionnel

Notion de consolidation : Un cancer reconnu professionnel doit être consolidé avant le décès du patient, même s’il est cliniquement évolutif (exemple : patient en phase terminale).  Si un patient, dont la maladie professionnelle reconnue n’est pas consolidée, décède, ses ayant-droits devront faire une demande spécifique auprès de la CPAM pour prétendre à une indemnisation. En savoir plus sur la consolidation


4. Surveillance médicale des patients à risque en l’absence de symptôme

Pour les patients exposés ou ayant été exposés à des agents cancérogènes pour la vessie, un dépistage ciblé est recommandé.

Extrait des recommandations de la Société française de médecine du travail, en collaboration avec la Société française du cancer et l’Association française d’urologie - Label InCA-HAS avril 2012

4.1 Le patient est en activité professionnelle

C’est le médecin du travail qui s’occupe :

  • de la surveillance de l’exposition ;
  • de la surveillance post-exposition, qui concerne des sujets toujours en activité professionnelle mais non exposés au risque (même s’ils ont changé d’établissement) et qui est assurée par le médecin du travail de l'entreprise actuelle selon les mêmes modalités que la surveillance post-professionnelle.

4.2 Le patient est inactif (chômeur, retraité...)

La surveillance, dite post-professionnelle, est réalisée par le médecin généraliste ou l’urologue ou la Consultation de pathologie professionnelle. Elle est recommandée pour les travailleurs à risque très élevé exposés un an et plus, et proposée au cas par cas pour les travailleurs à risque très élevés exposés moins d’un an et les travailleurs à risque élevé exposés un an et plus. Elle comporte :

  • une cytologie urinaire ou cytodiagnostic urinaire dont le but est de détecter des cellules tumorales provenant d’une tumeur de vessie ou des voies excrétrices urinaires, desquamant dans les urines.
  • Réalisée 20 ans après le début de l’exposition au cancérogène vésical puis tous les 6 mois.


Consulter les catégories de travailleurs à risque très élevé et élevé


Consulter les catégories de travailleurs à risque modéré ou pour lesquels les données sont insuffisantes

Consulter la synthèse des recommandations de bonne pratique

5. Que faire en cas de symptomatologie urinaire chez un patient à risque ?

Si l’un des symptômes suivants survient, même isolé, adresser le patient à un urologue en mentionnant son activité professionnelle à risque :

  • Hématurie microscopique ou macroscopique (qu’elle soit terminale ou totale)
  • Troubles mictionnels
  • Infection urinaire

6. En savoir plus

6.1 Brochure sur les tumeurs des voies urinaires

Consulter notre brochure :
Comment repérer l'origine professionnelle d'une tumeur des voies urinaires

Télécharger le triptyque (pdf 3 volets):
Comment repérer l'origine professionnelle d'une tumeur des voies urinaires

et son annexe, la liste des :
Tumeurs des voies urinaires relevant d’un tableau de maladie professionnelle...

6.2 En savoir plus sur les cancers des voies urinaires d'origine professionnelle

 

SOIRÉE DE FORMATION SUR LES CANCERS PROFESSIONNELS du
15 novembre 2008
Pr Christian COULANGE, AP-HM

6.3 Liens utiles

 

Remerciements au Dr P. Moulin pour sa participation à l’élaboration de cette fiche. Remerciements aux Professeurs F. Bladou, C. Coulange, E. Lechevallier, D. Rossi, G. Serment et au Docteur J.L. Davin pour leur aimable contribution.



© 2004 SISTEPACA - Crédits - Mentions légales