Les symptômes

Mise à jour : 
août 2014

Définitions

Rhinite professionnelle : hyperréactivité nasale à l’égard d’une substance présente sur le lieu de travail, de mécanisme allergique ou non. La prévalence de la rhinite allergique est généralement supérieure à celle de l’asthme pour tous les aérocontaminants [Réf. 1 à 5].

Asthme professionnel (AP) : asthme déclenché ou aggravé par une substance spécifique inhalée sur les lieux du travail. La prévalence de l'asthme de l'adulte est de 7 à 9 %. Les asthmes d’origine professionnelle représentent 10 à 15 % de l’ensemble des asthmes.

Les symptômes

La rhinite et/ou l'asthme professionnel surviennent avec une période de latence dans les conditions habituelles d'exercice du travail. La rhinite est souvent négligée par les patients.

Les principaux symptômes sont :

Pour la rhinite

  • Prurit nasal, rhinorrhée (antérieure ou postérieure), éternuements, obstruction nasale ;
  • ± associés à une conjonctivite, une hyposmie ou anosmie.

Pour l’asthme

  • des symptômes respiratoires de brève durée : gêne, poids sur la poitrine, toux, sifflements etc ...
  • une exacerbation des symptômes durant au moins 2 jours sans retour à la normale, nécessitant un recours inopiné aux soins.

Les symptômes sont rythmés ou aggravés par les périodes de travail, du moins au début de l’évolution.

Pensez à poser 4 questions sur les symptômes respiratoires de rhinite ou d'asthme :

  • surviennent-ils sur les lieux du travail ?
  • s'améliorent-ils durant le repos hebdomadaire ?
  • s'améliorent-ils lors de congés prolongés ou se normalisent-ils ?
  • s'aggravent-ils pendant le travail ou au décours du travail ?

Un repérage et une éviction précoces au stade de rhinite sont nécessaires, car la rhinite est un facteur de risque de l’asthme professionnel.

À noter :

  • la rhinite peut évoluer indépendamment de l’asthme ;
  • une fois installé, l’asthme peut évoluer pour son propre compte, même après éviction des facteurs de risque professionnels.