Conduites à tenir pour le médecin traitant

Mise à jour : 
mars 2019

Prendre contact avec le médecin du travail

Si le patient est en activité

Face à un patient porteur d’un trouble musculo-squelettique, le médecin traitant peut demander l’avis du médecin du travail avec l’accord du patient :

  • Sur l’origine professionnelle possible des symptômes ;
  • Sur les possibilités d’aménagements de poste.

Ne pas hésiter à contacter le médecin du travail y compris pour une affection débutante, afin qu’un aménagement de poste soit envisagé : aménagement technique et/ou organisationnel.

Le patient peut rencontrer le médecin du travail dès qu’il le souhaite dans le cadre de la visite occasionnelle à la demande du salarié.

En cas d’arrêt de travail prolongé du patient : penser au risque de désinsertion professionnelle

En cas d’arrêt de travail prolongé du patient ou dès qu’une difficulté à la reprise d’activité professionnelle est prévisible, le médecin traitant peut adresser son patient en visite de pré-reprise au médecin du travail avant la fin de l’arrêt de travail pour qu’une solution d’aménagement de poste soit recherchée. (Action de maintien dans l'emploi en vidéos).

En l’absence de médecin du travail (travailleurs indépendants, travailleurs retraités…) ou pour les situations complexes, le médecin traitant pourra adresser son patient à la Consultation de pathologie professionnelle (Annuaire).

Remplir un certificat médical initial de maladie professionnelle

Si une origine professionnelle à la lésion est repérée, le médecin traitant propose au patient de remplir un certificat médical initial de maladie professionnelle (Rôle du médecin de soins dans la déclaration de maladie professionnelle).

C’est au patient que revient la décision de déclarer ou non sa pathologie en maladie professionnelle. Pour ce faire, il remplit le formulaire de déclaration et le transmet à son organisme de protection sociale (Rôle de l'assuré dans la déclaration de maladie professionnelle).